We ship worldwide!

Nouvelle Silhouette adidas, la adiFOM Q.

Elle incorpore un exosquelette en EVA Injecté, ayant des volumes reliefés, ajourés et abstraits.

Résultat un style futuriste, clivant , un volume au pied imposant.

Dotée d’un chausson interne, amovible incorporant une parti de l’amorti talon.

La paire est légère et confort, equipé de l’amorti adi Plus.

Les détails de la marque sont minimaliste et ton sur ton, le logo Trefoil et reliefé au talon et imprimé sur la languette.

Le modèle est unisexe dispo du 36 au 45 , pour un retail de 120€

Pour cette saison, la classique rétro running de Saucony, est de retour avec un travail de patchwork en velours.

Cette édition s’inspire d’une technique de couture qui consiste à assembler plusieurs morceaux de tissus de tailles, formes et couleurs différentes pour réaliser différents types d’ouvrages. Le patchwork peut être utilisé pour réaliser plusieurs types d’objets ou d’éléments de literie. Ses origines sont très anciennes , notamment en Egypte, Inde et en Amérique .

Ici quelques exemples de Patchwork

Ce procédé est basé sur le principe de récupération et réutilisation, des notions très actuelles et pleines de bon sens.

Les coloris utilisé sur cette paire sont Pop, bleu électrique ⚡️, rose Bubblegum  , jaune maïs 🌽 , vert d’eau .

Un insert réfléchissant est ajouté au talon, en référence au côté performance du modèle.

Bien sûr le confort est toujours présent avec l’amorti Ionic.

Disponible en petite quantité du 37 au 44.

Retail 140€

imaginent une basket à l’inspiration vintage 70’s et travaillent sur un design qui évoque un soleil d’hiver.

BA&SH propose d’y ajouter sa matière préférée, le suède, et VEJA apporte une touche outdoor avec la semelle. 

Ce travail de cocréation est illustré par les vagues et le dégradé de couleurs à l’arrière du modèle. 

Les couleurs sont de saison, une ambiance azur, et une ambiance soleil, qui nous font pensé avec nostalgie, à l’été passé. Mais aussi à l’été indien que l’on connait bien en tant que méridoniaux .

VEJA et Vibram ont développé une semelle qui mélange des matériaux écologiques et la technologie Vibram, reconnu mondialement pour ses semelles techniques. La semelle intermédiaire contient 70 % de canne à sucre, la semelle extérieure 30% de caoutchouc d’Amazonie et 25 % déchets de riz. 

Le suède provient de fermes du Rio Grande do Sul, dans le sud du Brésil. 

Disponible ce 15 Septembre retail 185€

Par asics et Kiko Kostadinov.

De nombreux détails originaux , une application en maille superposée recouvrant les rayures Asics. L’amorti Gel est là pour un confort au quotidien.

Depuis 2018 Kiko & Asics travaille main dans la main. Puisant dans les archives de Kobe , ils redessine de nouvelles silhouettes plus modernes.

Ce coloris Graphite Grey , Grand Shark nous as rappelé le projet 2501 , et notamment l’héroïne androïde Motoko Kusanagi issue du manga d’anticipation Ghost in the Shell. Un classique de Masamune Shirow.

C’est pour cela que l’on retrouve sur ce set , les cables de connexion.

La paire est dispo du 37 au 45.

Retail 120€

Salomon XT 6 Expand 

À l’occasion du 75e anniversaire de Salomon, nous rendons hommage à l’emblématique Adventure 7, une chaussure légendaire née en 1992. Le choix de matières et de couleurs vintage illustre l’esprit nostalgique de cette collection de chaussures rétro destinée aux aventuriers d’aujourd’hui ; parce que malgré le temps qui passe, nous restons fidèles à notre philosophie.

Ici pas de Quick Lace, mais un laçage plus classique avec lacets Ronds,

On retrouve toutes les autres spécificités de ce modèle à savoir,

Système Sensifit & Endofit, pour un chaussant au plus prés,

Tige en Mesh & TPU résistant,

Semelle Extérieure Chevron Contagrip pour une meilleure Adhérence,

Control Pronation, Soft Ground , ACS Agile Chassis System Stabilité et Confort,

Après l’avoir essayé dans notre coin, on valide fort. Les tons sont automnales et se confondent bien dans la nature environnante. Ce qui permet d’être encore plus en harmonie avec elle.

Ici porté avec une tenue Gramicci et un gilet South 2 West 8 , une marque Japonaise spécialisé dans les tenues pêches proposant des matériaux et camouflages bien awesome !!!

Dispo en boutique & online.

Retail 170€

Carhartt WIP, nous propose cette saison un thème inspiré archives Militaires et traitement Teinture.

Pour le shooting on la joue Freestyle, comme le jeune Nekfeu dans ses freestyles du début.

La collection s’articule sur trois pièces sélectionnées par nos soins. Un short , Une Sur-Chemise ( Over Shirt) , et pant cargo. Sur une popeline de coton, un grammage léger 4,4 oz (125 gr) un procédé de teinture est appliqué. Dans trois couleurs, noir, bleu glacier et vert dollar.

Le résultat est très frais. Pour les inspirations militaires, on retouve de nombreuses poches, asymétriques et spacieuses, fermetures scratch. Mais aussi un zip double sur la sur-chemise. Le cargo est lui aussi pourvu de poches asymétriques, avec une taille élastiquée, le bas de jambe est resséré et élastiqué. Les genoux sont dotés d’une coupe anatomique, notamment avec des détails coutures.

Pour réaliser ce type de teinture, il y a différents procédés. Parmi les plus connus, on peut mentionner le stone wash. Technique consistant à laver avec des pierres ponces, très utilisée pour le denim. Ici pour la collection Berm il s’agit d’un procédé dit teint en pièce ( Garment Dyed). Plus précisément, il s’agit de teindre le vêtement une fois celui-ci confectionné. En général c’est l’inverse. On le remarque facilement en regardant les étiquettes interieures, qui sont teintées aussi.

Cette technique Garment Dyed, a pour particularité d’offrir un rendu doux au toucher et propose un rendu couleur assez pastel. Le processus, consiste à réaliser une fusion couleur à l’intérieur de grandes marmites à hautes températures pendant plus d’une demi journée, voire une journée complète suivant le coloris.

Ce qu’il y a de bien avec la teinture c’est que le résultat est toujours unique. Vous en avez déjà peut-être fait sans faire exprès. Laver un jean brut avec un tee shirt blanc, c’est déjà de la teinture, il n’y a qu’à voir après séchage le résultat hahaha.

Alors si vous êtes curieux lancez-vous !!

La Corniche d’or, sa situation privilégiée, son site exceptionnelle, entre mer et relief.

Voici le cadre de notre shooting du jour. Un spot invitant aux découvertes et balades aquatiques.

Le sac la pièce versatile pour ce type d’aventure, compact et fonctionnel le Kickflip de Carhartt, coche toutes les cases. Un litrage efficace 25 L, des sangles ajustables permettant de transporter facilement des palmes par exemple. Des poches latérales, pouvant accueillir une gourde ou autre. Le compartiment intérieur est assez spacieux, et la fermeture éclair rapide et permet une large ouverture.

Partie au petit matin, le sweat capuche Carhartt du Thème Verse est parfait. La coupe est confort, le coton assez léger,car délavé, grammage 12,3 Oz. L’imprimé réalisé aux laser sur le sweat, mais pas sur la capuche.

Le Short Wynton, est pratique grâce à ses poches cargo spacieuse, confort avec sa taille élastiquée avec ceinture clips . Costaud, car sa toile est tissé en Ripstop.

Au pied , une paire de Arizona en EVA injecté. Léger, confort avec un amorti appréciable. Se rince facilement après un usage en mer. Offrant un vrai maintien, ajustable via les sangles et anatomiques grâce à son lit de pied.

Pour le reste , à vous de composer avec vos besoins.

Perso, j’avoue le masque OMER est choisie pour son motif et son marron , j’apprécie le style fort bien que je pratique pas la chasse sous marine. Je suis aussi très satisfait de mon tuba Beuchat sans réservoir, c’est plus ghetto. Mes Palmes Mares sont souples , et confort .

Alors prêt pour l’aventure ? En tout cas si vous avez l’okaz, venez découvrir notre coin

Pour cette saison, VEJA et la marque montré- alaise Ciele ont imaginé une Condor 2 vegan. Cette running colorée s’inspire d’une course à pied au coucher du soleil.

Ciele est une marque décalée proposant des vêtements techniques en fibres recyclées, adaptés à l’athlète comme
à l’aventurier.

Cette phrase tirée des paroles de la chanteuse Barbara est une référence nostalgique qui donne l’envie de se surpasser.

L’upper en Alveomesh
(100 % polyester recyclé) se marie avec des détails en T.P.U. VEJA a allégé l’upper et a ajouté des encoches de flexion multidirectionnelles pour améliorer
le déroulé du pied.

La semelle intermédiaire a été retravaillée pour diminuer le poids de la running
et rendre le mouvement confortable lors de la course.

La Condor 2 est polyvalente.
Elle s’adapte aux courses de courte ou longue durée, ainsi qu’aux séances de récupération.

Cette nouvelle collaboration donne
une raison de plus à chacun de se mettre à la course ou de poursuivre ses efforts !

Poids : 301g, 10.6 oz (Taille EU 43 / 10 US) Drop : 10 mm

Hauteur du talon / de l’avant-pied : 27 mm / 17 mm

Profil : Neutre
Surface : Routes / Chemins stabilisés

LA Condor 2 VEJA X CIELE Athletique est à 57 % Bio-sourcée et Recyclée.

Fabriquée au Brésil

Le Shooting ayant servi à cet édito est réalisé avec Trobillants .

Disponible dés à présent !!! Retail 170 Euros.

Depuis la création de son concept orthopédique en 1774, Birkenstock a connu de nombreuses directions et s’est aujourd’hui muée en symbole d’un mode de vie authentique.

Au fil des années, l’entreprise a su innover techniquement et esthétiquement. Ce mélange fait entièrement partie de l’ADN de la marque.

Cette proposition n’a pas tardé à se retrouver aux pieds des stars et influenceurs, dans les quartiers et magasins branchés comme sur les podiums internationaux.

En savoir plus…

Made in Germany, du Bauhaus à la voute plantaire 

L’école d’art allemande Bauhaus du début du 20ème siècle combinait les arts appliqués et les beaux arts. Un mélange d’esthétisme et de fonctionnalité capable de répondre aux évolutions techniques. Elle tient sa célébrité de son approche du design, qui a combiné le décoratif avec la fonction quotidienne.

« Birkenstock, c’est le produit Bauhaus par excellence : la forme s’adapte à la fonction » déclare Vincent Grégoire, directeur de création en agence de style. 

Les deux univers sont proches géographiquement ainsi que dans la raison d’être.

Aujourd’hui, après avoir pérennisé son approche du bien être avec un chaussant anatomique, l’entreprise s’est également ouverte aux tendances de la mode. En proposant des sandales aux couleurs et motifs tendance ainsi que des lignes de design spéciales avec des partenaires rigoureusement sélectionnés.

Le modèle qui regroupe originalité et fonctionnalité et qui a su attirer les plus grands designers pour la retravailler est la Boston, modèle né en 1979 aux états-unis.

Voici quelques exemples qui illustreront clairement la vision que les créateurs réservent à cette silhouette :

Opening Ceremony 

Le détaillant américain s’est associé au fabricant allemand  en 2021 pour faire un clin d’œil à l’artiste surréaliste René Magritte.

La collaboration comprend une capsule sur le sabot Boston en deux pièces.

La communication elle même fait référence à l’oeuvre du peintre belge. Il avait pour habitude de représenter des objets du quotidien dans des contextes inhabituels.

Stussy

La même année, c’est à la fin de l’été que la marque californienne travaille pour la deuxième fois sur la Boston. Les designers de Stüssy utilisent des coloris frais et apposent leur logo emblématique sur le coté de la paire.

Dior

C’est pour l’Hiver 2022 que Kim Jones, directeur artistique de Dior et son équipe ont retravaillé en surface les détails de la Boston à l’occasion de la fashion-week de Paris.

Ils y ajoutent notamment des éléments fonctionnels comme les fermetures roller coaster et un strap arrière. Des détails esthétiques avec une modification des matières et l’inclusion d’appliques florales.

Rick Owens

Le designer d’avant garde signe sa collaboration avec des modèles exclusivement noirs, caractéristiques de son esthétique sombre.

La Boston a reçu plusieurs traitements. Son cuir devient alors iridescent, vernis, avec une sangle allongée, trouée sur toute sa longueur. Une version ludique et expérimentale qui ne trahie pas ses qualités premières, le confort.

Jil Sander

Jil prend le contrepied des collaborations que l’on a vu précédemment en donnant un aspect luxueux à un modèle méconnu, la Berlin. Une mule alternative à la Boston mais pas moins séduisante.

Son travail se fait avec une tige en daim moelleux et en cuir de qualité supérieure. Monté sur une semelle extérieure noire, légèrement débordante. Des modifications subtiles qui viennent diversifier la liste de collaborations que Birkenstock proposent.

Retrouvez les Boston ainsi que le reste de la sélection Birkenstock sur notre site internet.

La marque transmet depuis des siècles le savoir faire et la volonté de fabriquer des chaussures de grande qualité, fonctionnelles et confortables pour celles et ceux qui la porte.

Cette histoire est celle d’une recette qui traverse les âges et les générations.

1774

Cela commence avec une date clé. Johann Adam Birkenstock est alors cordonnier à l’église de Langen-Bergheim en Allemagne. Un savoir d’artisanat qu’il léguera aux générations futures pour arriver en 1896, année où le maître cordonnier Konrad Birkenstock se lance dans la fabrication et la vente d’assises plantaires flexibles.

Il réalise ainsi sa première semelle anatomique souple pour soulager les maux du pied en soutenant la cambrure et en entourant le talon. Il innove dans une époque qui ne connaît que des semelles rigides en métal. Le latex et le liège lui assurent une souplesse inédite.

40 ans plus tard, son fils veut transmettre la recette familiale perfectionnée. Il lance les cours de formation Birkenstock et le « Système de Karl Birkenstock » est approuvé par la communauté médicale et les podiatres 

Le défi de la pérennité 

Les descendants de Konrad Birkenstock sont épris d’une mission, protéger et entretenir le potentiel immense de cet héritage familial. Leur sagesse a alors été de s’engager dans ce projet en comprenant qu’ils ne pourraient techniquement pas faire beaucoup mieux que leur aïeul et que leur mission était autre part.

L’authenticité et le confort sont désormais les deux leviers d’une future séduction planétaire.

En 1964, Karl Birkenstock lance l’actuel icône Madrid, la première sandale de conditionnement physique à assise plantaire profonde et souple.

C’est deux ans plus tard que Birkenstock se lance aux USA.

En effet, Margot Fraser est une couturière germano-américaine qui découvre les sandales Birkenstock lors d’un voyage en Allemagne en 66 dans le but de soigner une maladie de pieds causée par des chaussures trop serrées. Elle a un coup de coeur immédiat pour les chaussures qui la guérisse et décide de se lier avec Karl pour commencer à distribuer l’entreprise depuis son domicile en Californie. 

Les 70’s ont entraîné une explosion des ventes. Aux États-Unis, les Birkenstock ont d’abord été adoptées par les jeunes hommes pour devenir populaire auprès des hippies et autres groupes qui avaient une philosophie de « retour à la nature » et appréciaient la forme naturelle et le confort adapté aux pieds.

Des noms de lieux américains seront alors attribués aux sandales comme la plus populaire de Birkenstock, l’Arizona,

ainsi que la très actuelle Boston.

Birkenstock et les enjeux modernes

Le produit a séduit la majorité de l’occident et se situe toujours dans une quête de longévité, la marque allemande va devoir apprendre à évoluer avec son temps.

Au début des années 90, la marque comprend l’évolution des attentes de leur clientèle. 

Elle réagit rapidement et implante dans sa production des adhésifs respectueux de l’environnement. Ils deviennent les instigateurs d’une nouvelle norme mondiale en matière de sensibilisation à l’environnement.
C’est aussi à ce moment que la production est augmentée et modernisée afin de réduire la consommation d’énergie de plus de 90%.

L’Asie aussi est séduite par le cachet et la qualité Allemande. Comme les japonais, pour qui les valeurs artisanales que porte Birkenstock font écho à une tradition propre et ancestrale de production.

Cela se couple à la recherche globale des consommateurs, ils veulent désormais acheter moins, mais mieux.

Derrière la paire de chaussure

En 2009, c’est dans la petite ville allemande de Görlitz, que le liège portugais, le latex et la toile de jute sont moulées, cuites, séchées, découpées, puis imperméabilisées.

Il faut ensuite assembler les différents éléments, la semelle de liège, recouverte d’un cuir souple qui accueillera le pied, une couche de latex amortissante à l’extérieur et finalement le morceau de cuir de différentes formes qui maintien le pieds en s’adaptant à toutes ses formes grâce à son système de sangle.

Ces composants garantissent les qualités de leurs modèles, en cuir ou en EVA, avec autant de possibilités de matières et de couleurs, ajoutant même sur certains modèles un « Soft footbed », fine couche de mousse supplémentaire qui rend le chaussant immédiatement agréable. 

Birkenstock relève le défi de vous accompagner à l’extérieur ou chez vous, dans le respect de votre confort et de votre style.

Birkenstock, plus qu’un confort, un mode de vie

Depuis, Birkenstock se retrouve sur tous les horizons, dans les quartiers et magasins branchés comme sur les podiums internationaux. 

En savoir plus…

Désormais, Birkenstock a l’ambition d’offrir des solutions de bien-être pour toutes les postures de l’homme : debout, en marche, couché et assis.

Pour ce faire, de vrais partenariats sont créés. De la literie de luxe avec l’autrichien ADA, en passant par les cosmétiques jusqu’au mobilier de bureau.

Avec cette envie de diversification, Birkenstock affirme que son succès est bien le fruit d’un marathon qui ne se transformera pas en un sprint risqué…